Le vélo à assistance électrique

Photo en extérieur d’un Vélo électrique
Photo d’un vélo électrique

À ne pas confondre avec le vélo électrique, le VAE, appelé Vélo à assistance électrique, possède de nombreux avantages. Le VAE vous permet de réaliser de grandes distances sans efforts et surtout sans utiliser la voiture. L’écologie et votre porte monnaie vous remercie ! 

Dans cet article vous découvrez la principale différence entre le vélo électrique et le VAE mais aussi ses avantages et son entretien.

La différence entre vélo électrique et VAE ( vélo à assistance électrique) 

Tous deux électriques, la différence notable entre le VAE et le vélo électrique réside dans le moteur.  En effet, le vélo à assistance électrique possède un système de pédalage assisté grâce à son moteur intelligent. Le moteur du vélo s’arrête instantanément lorsque que le cycliste s’arrête de pédaler. Ce n’est pas le cas d’un vélo électrique, qui continue d’avancer même après l’arrêt de l’effort. 

Le speed bike est une alternative au VAE. Il en possède les mêmes caractéristiques mais son moteur est débridé pour diminuer la vitesse. 

Les avantages 

Grâce à son moteur assisté, le VAE possède une meilleure autonomie et consomme peu. Cela ne concerne que le VAE classique et non le speed bike. Comme dit précédemment, le speed bike a une vitesse réduite permettant d’atteindre un maximum de 60km/h contre 180km/h pour un VAE classique. 

Le VAE s’adapte à l’effort physique fourni par le cycliste et permet de ne pas se fatiguer rapidement et, par conséquent, de rallonger son temps de balade.

Même si le prix peut faire peur à première vue, le vélo à assistance électrique permet de faire des économies ! En effet il consomme peu, mais surtout à bas prix ! L’écart est flagrant entre le coût d’une voiture et d’un VAE pour la même distance. 

En effet, pour effectuer 1000 kilomètres en voiture il faut compter 85€ de pleins d’essence, contre 1€ de frais en électricité pour la même distance en VAE 

L’entretien

Un VAE nécessite très peu d’entretien en comparaison avec un vélo non motorisé. Le moteur assisté est dissocié du mécanisme du vélo et n’est donc pas soumis au même normes de sécurité. La seule vérification nécessaire est le serrage du moteur à chaque révision.